World Library  
  


  
Add to Book Shelf
Flag as Inappropriate
Email this Book

Théories causales de la référence pour les noms propres

By Sfetcu, Nicolae

Click here to view

Book Id: WPLBN0100302378
Format Type: PDF (eBook)
File Size: 337.06 KB.
Reproduction Date: 4/5/2020

Title: Théories causales de la référence pour les noms propres  
Author: Sfetcu, Nicolae
Volume:
Language: French
Subject: Non Fiction, Philosophy, Théories causales
Collections: Philosophy, Authors Community
Historic
Publication Date:
2020
Publisher: MultiMedia Publishing
Member Page: Nicolae Sfetcu

Citation

APA MLA Chicago

Sfetcu, N. (2020). Théories causales de la référence pour les noms propres. Retrieved from http://www.gutenberg.us/


Description
Les principales théories causales de la référence pour les noms propres, et la proposition d'une nouvelle approche basée sur l'analogie de la chaîne des blocs de la technologie de blockchain et la théorie narrative de Paul Ricœur. Après une brève Introduction dans laquelle sont passés en revue les types de propositions du concept de mondes possibles et une vue d'ensemble de la théorie dans La théorie causale de la référence, je présente la théorie causale initiale de la référence proposée par Saul Kripke, puis deux théories causales hybrides développées par Gareth Evans et Michael Devitt. Dans la section Blockchain et l'arbre causal de la référence je présente mon idée de développer une nouvelle théorie causale de la référence pour les noms propres à l'aide d'un arbre causal de la référence. Dans les Conclusions, je parle du développement ultérieur des modes dont les termes de référence pourraient faire référence à certains objets et individus, les principales critiques des théories causales et des suggestions pour un développement futur. DOI: 10.13140/RG.2.2.18713.77921

Summary
Les principales théories causales de la référence pour les noms propres, et la proposition d'une nouvelle approche basée sur l'analogie de la chaîne des blocs de la technologie de blockchain et la théorie narrative de Paul Ricœur. Après une brève Introduction dans laquelle sont passés en revue les types de propositions du concept de mondes possibles et une vue d'ensemble de la théorie dans La théorie causale de la référence, je présente la théorie causale initiale de la référence proposée par Saul Kripke, puis deux théories causales hybrides développées par Gareth Evans et Michael Devitt. Dans la section Blockchain et l'arbre causal de la référence je présente mon idée de développer une nouvelle théorie causale de la référence pour les noms propres à l'aide d'un arbre causal de la référence. Dans les Conclusions, je parle du développement ultérieur des modes dont les termes de référence pourraient faire référence à certains objets et individus, les principales critiques des théories causales et des suggestions pour un développement futur. DOI: 10.13140/RG.2.2.18713.77921

Excerpt
John Stuart Mill a soutenu que les noms peuvent être divisés en deux types : connotatifs et non-connotatifs. Les noms propres sont les seuls noms d'objets qui n'ont pas de connotation et n'ont pas de sens strict. (Mill 1882) John Searle soutient que chaque nom propre est associé à un ensemble de descriptions qui déterminent la référence. Ainsi, le nom dénote indirectement. (John R. Searle 1958) Saul Kripke critique la vision frégéenne de Searle, arguant que les noms sont directement liés à leur nominatum, et que leurs noms sont des désignateurs rigides assurant le même individu dans tous les mondes possibles. Kripke étend cette idée à des types de choses naturels : humains, chiens, or, eau, qui ne seraient pas descriptifs, mais directement dénotatifs. (S. Kripke 1980) Plus tard, Hilary Putnam est arrivée à la même conclusion. (Putnam 1973) Gareth Evans présente sa propre vision, distinguant deux types de théories descriptives : une théorie de ce qu'un locuteur dénote par un nom, et une théorie de ce qu'un nom se désigne. (Evans 1982) Plus tard, Searle revient en se défendant contre les critiques de Kripke, introduisant les concepts de « contenu intentionnel » et de « statut intentionnel ». Dans leurs définitions et arguments, les philosophes ont utilisé le concept de mondes possibles, avec le monde réel comme l'un des nombreux mondes possibles. Chaque sentence est vraie ou fausse, dans tous les mondes possibles. Ainsi, nous avons de vraies sentences (celles qui sont vraies dans le monde réel), fausses (qui sont fausses dans le monde réel), possibles (celles qui sont vraies dans au moins un monde possible), impossibles (ou nécessairement de fausses sentences, ceux qui ne sont pas vrais dans aucun monde possible), nécessairement vrais (ceux qui sont vrais dans tous les mondes possibles) et contingents (ceux qui sont vrais dans certains mondes possibles et faux dans d'autres). Saul Kripke a introduit pour la première fois une sémantique de logique modale dans laquelle une sentence possible est vraie dans au moins un monde possible, et une sentence nécessaire est vraie dans tous les mondes possibles.

Table of Contents
Abstract Introduction 1. La théorie causale de la référence 2. Saul Kripke 3. Gareth Evans 4. Michael Devitt 5. Blockchain et l'arbre causal de la référence Conclusions Bibliografie

 
 



Copyright © World Library Foundation. All rights reserved. eBooks from Project Gutenberg are sponsored by the World Library Foundation,
a 501c(4) Member's Support Non-Profit Organization, and is NOT affiliated with any governmental agency or department.